L'EPEELE FLEURETLE SABRE

fencing_orangetouchepeeepee

 

 

 

Son poids total est inférieur à 770 grammes. Sa longueur totale maximum est de 110 cm.
La lame en acier est de section triangulaire et de longueur maximum de 90 cm, sa flexibilité est réglementée.
La coquille ronde est plus grande (diamètre de 13,5 cm) et profonde (entre 3 et 5,5 cm) que celle du fleuret et le passage de la lame peut être excentré.
La poignée a une longueur maximale de 20 cm et doit satisfaire à des conditions de forme, de revêtement, de gabarit.
A l’épée électrique, la lame est terminée par un bouton marqueur électrique devant repousser un poids de 750 grammes.
L’épée est une arme blanche, faite pour la main, avec une lame droite à deux fils de pointe.

A l’épée, la surface valable est matérialisée par l’ensemble du corps, du bout des pieds jusqu’à la tête.

L’épéiste doit être capable de toucher son adversaire en utilisant des cibles restreintes comme la main, le pied que l’on nomme communément les « avancées ». Toucher aux avancées est difficile, ce qui oblige l’épéiste à être très précis. Le match peut durer pour obtenir quelques points, l’adversaire utilisant facilement la contre attaque ou la défensive pour toucher. Il est difficile de loger une attaque, il faut donc bien préparer ses actions et surtout être capable de deviner le jeu adverse.

Les actions destinées à toucher au corps demandent une grande capacité de vitesse d’exécution.

fencing_greyfleurettouchfleuret

 

 

Son poids total est inférieur à 500 grammes. Sa longueur totale maximum est de 110 cm.
La lame d’acier est de section quadrangulaire et de longueur maximum de 90 cm, sa flexibilité est réglementée, limitant la rigidité et la souplesse.
La coquille ronde doit avoir un diamètre compris entre 9,5 et 12 cm.
La poignée a une longueur maximale de 20 cm et doit satisfaire à des conditions de forme, de revêtement et gabarit.
Au fleuret électrique, la lame est terminée par un bouton marqueur électrique devant repousser un poids de 500 grammes.
Au fleuret non électrique, la lame est terminée par une « mouche » en plastique ou en caoutchouc.

Au fleuret, la surface valable est matérialisée par le torse, le dos et les épaules.
La surface valable exclut donc les membres et la tête. Le fleurettiste doit être capable de loger avec précision sa pointe face à un adversaire qui possède de nombreux moyens de défense ; avec son arme, action de parer ou en réalisant des esquives pour éviter la touche. Il peut aussi utiliser les retraites (action de reculer) pour se défendre. Cependant le fleurettiste a l’avantage de pouvoir profiter de la règle de convention qui peut lui donner la priorité grâce à l’action de l’attaque. Cette convention favorise le jeu offensif et permet au fleurettiste de pratiquer l’échange avec les armes.

fencing_greensabretouchsabre

 

 

Son poids total est inférieur à 500 grammes. Sa longueur totale maximum est de 105 cm.
La lame en acier, de section à peu près triangulaire vers le talon, puis rectangulaire vers son bouton, et de longueur maximum de 88 cm, a une flexibilité également réglementée.
La coquille est maintenant pleine, extérieurement lisse. Elle présente une forme convexe continue se terminant par la capuce fixé au pommeau.
Au sabre non électrique, son extrémité est repliée sur elle-même pour former un bouton.on favorise le jeu offensif et permet au fleurettiste de pratiquer l’échange avec les armes.

Au sabre, la surface valable est matérialisée par toute la partie du corps situé au dessus de la « ceinture », exception faite pour les mains.La surface valable exclut donc les membres inférieurs mais aussi les mains. La cible est facilement accessible grâce à la nature des cibles à atteindre et la manière de toucher (principalement avec le tranchant). De plus, comme au fleuret, le sabreur possède la règle de la convention, ce qui accentue l’esprit d’un jeu très offensif. Le sabreur sera donc un escrimeur très explosif et exploitera très rapidement ses qualités de vitesse. Cependant il devra être capable de maîtriser cette vitesse (là dompter) pour éviter de proposer à son adversaire des cibles généreuses et facile à atteindre.

Source : Fédération Française d’Escrime